The Last of Us : American Dreams (Avis)

Avec la sortie de The Last of Us Part II la semaine dernière, j’ai voulu me replonger dans la BD The Last of Us : American Dreams. Sorti en 2013, elle a été écrite par Neil Druckmann (vice-directeur chez Naughty Dog) et Faith Erin Hicks. Les dessins sont réalisés par l’illustratrice Rachelle Rosenberg qui a réalisé de nombreux travaux pour les comics Marvel. L’histoire explore le passé d’Ellie lorsqu’elle était encore en zone de quarantaine, un an avant sa rencontre avec Joel.

The Last of Us American Dreams

L’histoire est très courte, et composée de 4 parties seulement. Il ne faut pas se fier à la tranche qui indique qu’il s’agit d’un premier tome, il s’agit bien d’un one shot. En écrivant cette histoire, Neil Druckmann tenait à ce que la BD soit accessible aux personnes n’ayant pas joué au jeu, tout en donnant plus de profondeur à ceux qui connaissent l’histoire de The Last of Us. Ellie y fait la rencontre de Riley, qui est protagoniste que l’on rencontre dans le DLC Left Behind. L’intrigue révèle quelques détails – certes non indispensables – mais intéressantes du récit, comme l’origine du couteau d’Ellie.

J’adore le fait qu’Ellie recycle ses blagues.

Depuis sa sortie, la BD a été traduite en français. Celle-ci ajoute un complément au jeu et au DLC Left Behind. Elle développe un peu plus la personnalité d’Ellie, et on comprend mieux pourquoi elle s’accroche autant à Joël à leur rencontre par exemple. C’est une histoire qu’il n’est pas indispensable de lire, mais qui fera plaisir aux fans de la licence qui veulent en apprendre plus sur le contexte avant le jeu.

  •  
  •  
  •  

Fay

Fay, 26 ans. Passionnée de jeux vidéo depuis toujours. Ici on parle de gaming, mais pas que ! Reste prendre un café, la visite en vaudra peut-être la chandelle...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *